Le sport, plus fort que la maladie rare

Ewenlife Association Maladies Rares

Le sport, plus fort que la maladie rare

sport plus fort maladie rare

 

Pratiquer un sport, c’est à la fois s’évader, se détendre, s’entretenir et se faire plaisir. C’est tout autant une belle occasion de s’ouvrir sur le monde en rencontrant d’autres sportifs et en partageant des moments forts en émotion. Mais c’est aussi, face à l’adversité de la maladie, un bon moyen de se maintenir en forme et d’oublier un moment, les difficultés du quotidien.

Des avantages durables 

C’est pourquoi, la pratique du sport est souvent recommandée pour les individus atteints d’une maladie rare : elle permet de rompre l’isolement social, d’éviter l’immobilisme et la fragilisation du corps qui en découle, de combattre les troubles digestifs ou encore de réduire les effets secondaires de certaines maladies (asthme, polyarthrite…). L’amélioration de la qualité de vie qui découle de la pratique du sport est de plus durable.

Les sports, compatibles avec la maladie

Mais l’activité sportive doit bien sûr être adaptée aux contraintes liées à la maladie : la natation est par exemple compatible avec les maladies à syndrome hémorragique car elle évite les chocs, à l’inverse des sports de combat. Il est impératif pour tout individu de définir avec son médecin le type d’activité sportive qui lui convient. Certains clubs sont d’ailleurs adaptés à la pratique du sport prenant en compte la maladie : clubs recommandés pour les activités physiques adaptées (https://www.sfp-apa.fr/), clubs labellisés « pour une pratique sportive partagée », clubs avec une section « sport santé », voire clubs handisport.

Le sport plus fort maladie rare

Faire de la maladie une force

L’histoire moderne du sport est marquée par de belles réussites professionnelles de la part d’athlètes atteints d’une maladie rare. Du footballeur américain Tim Howard atteint de la maladie de Gilles de la Tourette, à la championne d’athlétisme canadienne Priscilla Lopes-Schliep, affectée par une lipodystrophie, en passant par Michael Phelps, nageur américain le plus titré de l’histoire des championnats du monde de natation malgré (voire grâce) à son syndrome de Marfan, nombreux sont les sportifs pros qui ont su faire de leur maladie un véritable moteur de leur art.

sport plus fort maladie rare

Gaspard Le Roux, 17/03/2019

Appel aux patients atteints de maladies rares et à leurs proches
Tous ensemble pour créer un Netflix des maladies rares.
RDV le 1er septembre sur le Groupe EwenLife.

#TousUnis #RareToo #Bénévolat #Communauté
... See MoreSee Less

View on Facebook

Les étudiants de la French Future Academy sont actuellement en Bootcamp #designthinking ⚡️
Ils travaillent du 24 au 28 juin sur notre problématique :

"Comment la #digitalisation des services d’une association peut améliorer le quotidien des personnes atteintes de maladies rares et réduire leur isolement ?" 🤓
... See MoreSee Less

View on Facebook

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *